Blog

La science du storytelling dans les affaires

Will Storr est un auteur anglais à succès, aussi bien avec ses essais et ses romans. Hier, j’ai eu la chance de participer à la journée de formation qu’il animait dans les très agréables locaux du GUARDIAN à Londres : « La science du storytelling dans les Affaires » (‘The science of storytelling in Business’).

Cette journée m’a inspiré quelques réflexions, ainsi que trois leçons essentielles. Je vous les confie.

Les histoires nous font comprendre la vie

1ère Leçon. Pour Will Storr, « Le vrai langage de notre cerveau ce sont les histoires, avant la logique ». Comme les enfants, ce sont les histoires que nous comprenons le mieux. Elles nous racontent le monde, la vie, les relations entre êtres humains, les défis et problèmes à affronter, et comment y faire face, les relever et les surmonter. Les histoires nous apprennent les valeurs, les croyances, les choses à faire et à ne pas faire. Elles font appel à notre imaginaire et à nos émotions les plus profondes. Elles s’incrustent aussi dans notre mémoire et certaines guides nos actions et nos projets.

Si vous ne communiquez pas avec des histoires vous ne communiquez pas !

2ème leçon. Le soir à la maison, vous racontez votre journée à votre conjoint, que faites-vous inconsciemment ? Vous racontez une histoire : un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin.

Vous partagez avec votre équipe un problème rencontré avec un client, que faites-vous inconsciemment ? Vous racontez une histoire : un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin.

Vous racontez vos vacances à votre meilleur ami, que faites-vous inconsciemment ? Vous racontez une histoire : un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin.

Vous présentez à votre Direction les résultats chiffrés du semestre écoulé, que faites-vous inconsciemment ? Vous racontez une histoire : un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin.

Vous imaginez votre plan de carrière pour les cinq à dix ans qui viennent, que faites-vous inconsciemment ? Vous vous racontez une histoire : un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin.

Présentez des chiffres – des data -, c’est aussi raconter une histoire !

« Si vous ne communiquez pas avec des histoires vous ne communiquez pas », déclare Will Storr. Et les histoires ont un déroulement qui convient parfaitement au fonctionnement du cerveau humain. C’est vrai pour les romans, les films, les séries télévisées et toutes les histoires que vous et moi nous racontons à longueur de journée … et de notre vie.

Nous passons notre vie à raconter des histoires et à nous en raconter à nous-mêmes. Des belles et des atroces, des vraies et des imaginaires, des vécues et des partagées, des triomphantes et des navrantes, des histoires qui se terminent bien et d’autres qui sont tristes ou cruelles. Nous sommes des conteurs impénitents.

Nos rêves sont les histoires de nos nuits

Nos rêves et nos cauchemars, eux aussi, ne sont-ils pas une suite, parfois chaotique, faite d’un début, un contexte, des protagonistes, des problèmes, du suspense, des questionnements, des hésitations, des décisions, un dénouement, une fin, c’est à dire des histoires. Dans le cas d’un cauchemar, la chute de l’histoire est plutôt brutale … Même présenter des données chiffrées – on dit des « data » aujourd’hui – demande une histoire pour les rendre intelligible, digérable et intéressant aux yeux des autres. Comme le dit Martina Bayers, Consultante en Presentation Leadership, des chiffres brutes ne parlent pas, par contre une belle histoire peut les fait chanter, que cette histoire soit dramatique – vu les mauvais chiffres que vous affichez – ou enthousiasmante au regard des progressions que vous avez enregistrées.

L’art de transporter les autres

3ème leçon. « Le storytelling, c’est transporter l’autre au travers de séquences de cause/effet dans lesquels des surprises viennent alimenter l’attention et l’intérêt », dixit Will Storr. Le storytelling consiste à construire un monde dans lequel les autres pourront nous accompagner, nous comprendre et partager les messages qui nous sont importants. Un storyteller est une personne qui est capable d’immerger les autres dans sa vision et sa compréhension d’une réalité, de la faire partager et de susciter l’action.

Les grands leaders sont de merveilleux conteurs

Aujourd’hui plus que jamais le monde demande à être expliqué. Nous avons besoin de le comprendre tant par les sens que par l’intelligence. Rien de tel que le storytelling, c’est-à-dire l’art des conteurs. A l’ère de l’intelligence artificielle, du big data, de la robotisation, de la disruption, du design thinking, de l’agility management, du start-up spirit, des « tribes, squads, and chapters » (voir HBR, March-April 2018, pp. 59-61), de la « gig economy », nous avons de plus en plus besoin de conteurs d’entreprise pour nous dire où nous allons, pourquoi nous y allons et ce que nous allons y faire. Aujourd’hui et demain, dans ce monde en perpétuelle ébullition, les grands leaders sont avant tout de merveilleux conteurs.

Quel conteur êtes-vous ? Quelle histoire raconterez-vous aujourd’hui ?

Mon histoire du jour est de vous raconter ce que m’a inspiré la journée avec Will Storr et d’écrire ce texte à 4 heures du matin avant que l’inspiration ne s’envole. Cette histoire se termine bien, je peux appuyer sur le bouton « PUBLIER ».

Show Comments (0)

This is a unique website which will require a more modern browser to work! Please upgrade today!