8 mai : journée de lutte contre les créativicides

le dimanche 08 mai 2005

Depuis quelques années, Yellow Ideas a fait du 8 mai la Journée de lutte contre les créativicides.

Pour encourager la créativité dans les organisations, grandes ou petites, privées ou plubliques, il convient de prendre conscience des dégats que cause l’usage automatique et intempestif de phrases tels que …

« oui, mais … »
– « ce n’est pas possible »
– « on a déjà essayé »
– « la direction n’en voudra jamais »
– « nos clients sont trop conservateurs »
– « notre secteur d’activité est tellement traditionaliste »
– « c’est trop tôt ! »
– « c’est trop cher »
– « on est trop petit pour lancer cela »
– « c’est trop risqué »
– « on n’a pas le temps »
– « c’est pas dans le budget »
– « vous n’y pensez pas ! »
– « tout le monde n’en voudra pas »
– « il n’y a pas de marché pour ça »
– « si c’était une bonne idée, ça se saurait »
– « attendons que les autres s’y mettent »
– « dans trois ans peut-être »
– « on a autre chose à faire »
– « ce n’est pas notre coeur d’activité* »
– « on n’a pas les ressources pour un tel projet »
– etc.

L’an passé j’animais une réunion créative dans une entreprise industrielle. A un certain moment, le directeur marketing émet une proposition particulièrement audacieuse. A la seconde même, le directeur de production lui lança tel un scud : « t’as regardé Star Wars hier soir, ou quoi ? ». Ambiance, ambiance. Il est souvent difficile d’accepter une nouvelle idée. Et ce n’est pas notre cerveau qui la refuse a priori : ce sont nos tripes ! Il n’y a qu’à observer l’explosion émotionnelle de notre cher directeur de production pour s’en rendre compte.

* « coeur d’activité », c’est ma traduction libre de l’anglais « core business ».