C’est quoi un Belge, selon Simon Leys

le vendredi 27 avril 2012

Le grand sinologue belge Simon Leys écrit que « s’il est une chose dont le Belge est pénétré, c’est son insignifiance. Cela, en revanche, lui donne une incomparable liberté – un salubre irrespect, une tranquille impertinence, frisant l’inconscience ».

Mes commentaires ? Totalement d’accord avec l’auteur du récent « Le Studio de l’inutilité«  à propos des Belges.

J’ajouterais que :

salubre irrespect

+

tranquille impertinence

+

inconscience

=

incroyable potentiel créatif