D’oxymore en oxymore

le dimanche 29 juin 2014

Un oxymore est une figure de style dans laquelle deux termes radicalement opposés l’un à l’autre, inconciliables, sont réunis. Pour Alain Rey, c’est « l’ingénieuse alliance de mots contradictoires ». Par exemple, une erreur géniale ou un étonnement programmé. Rimbaud fit de nombreuses trouvailles oxymoriques : des « splendeurs invisibles » et la « raison merveilleuse ». Ecrire des oxymores est un exercice de créativité qui invite à dialoguer avec le réel et l’impossible. L’un de mes oxymores préférés : un impossible réaliste. Chaque week-end, découvrez ici cinq oxymores de mon cru.

Découvrez mon e-book : « L’imagination des oxymores »

http://issuu.com/yellowideas/docs/ebook

1651. Un petit Grand Hôtel

1652. Une censure tolérante

1653. Des contradictions cohérentes

1654. Un « dress code high and casual »

1655. Devoirs de vacances

Les oxymores dans la presse : talent ordinaire

Lu dans le magazine SCIENCES HUMAINES : « l’imagination, un talent ordinaire » dans l’article « Qu’est-ce que l’esprit créatif », mis à jour le 15.06.2011.

Pour le quotidien LE MONDE, Clara Gaymard, le poisson-pilote de GENERAL ELECTRIC dans les négociations de rachat d’ALSTOM serait « de la porcelaine incassable. On n’a pas trouvé mieux que cet oxymore pour décrire tant de solidité dans une enveloppe si délicate ».

Source : LE MONDE, ECO&ENTREPRISE, 17.06.14, page 2