Léonard de Vinci et les contraintes

le mardi 18 mai 2010

Quand on interroge Monsieur-Tout-Le-Monde sur la créativité souvent il nous répond que « la créativité, c’est la liberté ». La créativité est naturellement associée dans l’esprit du plus grand nombre à la liberté, à l’absence de limite, à l’abondance illimitée de moyens, etc.

Quand on demande aux artistes – peintres, écrivains, chorégraphes, … – quels sont les moteurs de leur créativité « les contraintes » sont souvent mentionnées. « No constrains, no inspiration! » écrit la grande chorégraphe américaine Twyla Tharp, « pas de contrainte, pas d’inspiration ! ». Pour Léonard de Vinci, la contrainte inattendue est un véritable cadeau : « Toute contrainte m’est grâce » disait-il.

Voyons la contrainte avec bienveillance, considérons la comme une source d’énergie positive, comme une chance de faire les choses autrement. La contrainte nous défie : elle nous empêche d’emprunter la voie évidente, de recourir à la solution facile.

La force de la contrainte est de nous … contraindre

– à revisiter le problème

– à remettre notre manière de penser en question

– à envisager des solutions absolument inédites

Et si la contrainte était la garantie de nouveauté ?

Pas de contrainte, pas de nouveauté ?