Simon Leys et la « belgitude »

le dimanche 24 juin 2012

Le mot « belgitude » est – enfin – entré dans le Dictionnaire Robert ! Notons la témérité du comité éditorial du Robert, le mot « belgitude » étant absolument insaisissable.

Le sinologue Simon Leys s’approche de la belgitude quand il écrit dans son dernier « Studio de l’inutilité » que « s’il est une chose dont le Belge est pénétré, c’est son insignifiance. Cela, en revanche, lui donne une incomparable liberté – un salubre irrespect, une tranquille impertinence, frisant l’inconscience. La fourmi n’a aucun scrupule à marcher sur le pied de l’éléphant ».

P.S.: Nous attendons avec impatience que le ROBERT accueille les substantifs « sérendipité » (l’art de faire des découvertes heureuses et inattendues par hasard) et « pipéromane » (personne passionnée des poivres et des faux poivres).

Source : LEYS Simon, Le Studio de l’Inutilité, Paris, Flammarion, 2012, ISBN 978-2-0812-6995-8, page 43.