Que faire du « temps libéré » ?

le samedi 08 mars 2014

Mon-entorse--8-mars-2014Il arrive à tout le monde d’avoir une réunion, un voyage ou un engagement qui est annulé à l’improviste, à son insu. Et voilà une plage de temps qui se libère : un quart d’heure, une heure, une demie journée, un jour, deux jours, … J’appelle cela le « temps libéré ». La question importante est de savoir ce que l’on fait de ce temps-là.

Beaucoup de dirigeants et cadres, à ce que j’ai pu observer, en profitent pour se mettre à jour dans leurs affaires courantes : répondre aux courriels en retard, donner les coups de téléphone urgents, se plonger dans les dossiers en cours et résoudre les problèmes du jour. Rien de plus normal : business as usual !

Pour ma part, j’ai pris il y a quelques années deux habitudes complémentaires. La première consiste à toujours me réjouir du contretemps et de me dire : « Voilà du temps inespéré !».

La deuxième m’amène à me demander systématiquement « Comment vais-je le mieux profiter de ce temps, qui est un véritable cadeau tombé du ciel, sans retourner au travail routinier ? ». J’ai pris l’habitude – un peu magique – de donner la priorité à un seul projet stratégique et créatif qui demande réflexion, disponibilité et … temps. Et j’adore ces moments-là ! Ce sont généralement de vraies plages de création. Quel plaisir que de voir une chose importante avancer, alors que ce n’était pas à l’agenda du jour ou de la semaine.

Hier matin, au saut du lit, je me suis fait une entorse lors d’une chute dans les escaliers. Rien de grave, mais assez pour m’empêcher de prendre l’avion pour Bruxelles où un week-end sur le  » Bruxelles créatif et étonnant  » m’attendait avec mes amies des 2MI. J’avais bien préparé cette animation un peu particulière. Et me voilà cloué chez moi à Barcelone, le pied en l’air emmailloté dans une bande Velpeau serrée. Rage immense et  tristesse, bien sûr, de ne pas vivre cette expérience bruxelloise et de devoir abandonner mon animation à Martina.

Opportunité aussi ! Celle de prendre un projet important et de l’étudier au calme en étant immobilisé de force sur ma chaise de bureau. Mon Carnet à Idées ouvert, tout le week-end s’ouvre à mes réflexions. Les choses avancent sans empressement. La créativité peut se déployer. Pourquoi si peu de gens savent-ils que la créativité aime à prendre son temps, à murir les choses, à profiter d’une incubation profonde ?

Un temps libéré se présente à vous ? Réjouissez-vous et choisissez de travailler sur un sujet stratégique et créatif. Profitez pleinement de ce moment-là, ne le sacrifiez pas en retournant à vos micro-tâches. Faites de vos temps libérés de vrais temps de créativité !

P.S. : ce matin, je pense bien sûr à Roseline, Nathalie, Anne et les autres 2MI pour qui j’avais préparé cette aventure bruxelloise. Aujourd’hui il fera près de 20 degrés dans la capitale belge et européenne ! Cela ne fait que décupler ma frustration. Mais comme on dit à Bruxelles « On ne peut rien là contre ! » Rien ? Si, compenser le sentiment d’injustice par une réflexion créative intense. La frustration n’est-elle pas un puissant moteur de créativité ?

Beau week-end à vous!

Mark

Photo prise vers 9 heures ce samedi matin dans mon loft à Barcelone.